Découvrez comment le mode de vie des Portugais a changé en 20 ans !

costumes portugueses - Portuguese customs

Le Portugal est un pays avec de nombreux siècles d’histoire et en tant que tel, un pays avec beaucoup de culture et de tradition. Avant de visiter le Portugal, lisez cet article pour découvrir certaines traditions et l’authenticité que vous pouvez encore rencontrer dans certaines régions du pays.

Ci-dessous, vous allez découvrir certaines professions qui sont tombées dans l’oubli, certains moyens de transport qui ont ressuscité avec le tourisme, des jeux populaires qui résistent encore aux nouvelles technologies et plus encore.

L’authenticité et les us et coutumes du Portugal

Professions

En visitant le Portugal, vous trouverez parfois des objets, des lieux dont vous n’arriverez pas à comprendre leur utilité (surtout si vous avez moins de 30 ans). C’est le cas par exemple des lavoirs.

C’est dans les lavoirs publics ou le long de la rivière ou d’un ruisseau que les lavandières lavaient les vêtements de leur famille et de leurs clients. Pour éviter de mélanger les vêtements de plusieurs personnes, ils avaient en général les initiales de chaque personne, des fleurs ou des étoiles brodées (ou autres symboles).

Ces lieux n’étaient fréquentés que du lundi au samedi par des femmes et, en plus de laver les vêtements, ils servaient également de lieu de rencontre, pour papoter et chanter.

Avec l’apparition de machines à laver, la profession de lavandière devint moins importante et tomba presque dans l’oubli. Il existe cependant quelques endroits où des lavoirs publics sont toujours utilisés, mais plus pour un usage personnel.

Une autre profession qui n’a pas disparu, mais qui est en déclin est celle du tonnelier. Les tonneliers ont pour fonction la création, la réparation et l’entretien des tonneaux (fûts en bois).

De nos jours, la tonnellerie est considérée comme un art et n’est pratiquée que par les meilleurs, qui ont dû apprendre le métier pendant de nombreuses années jusqu’à ce qu’ils soient considérés comme des maîtres tonneliers.

Bien qu’elle soit en déclin, cette profession est vitale pour la « survie » du fameux vin de Porto. Le transport du vin n’est plus fait comme autrefois (les fûts en bois étaient transportés dans les bateaux Rabelos), mais ces fûts sont encore nécessaires pour le vieillissement du vin de Porto.

En fait, la qualité du vin de Porto (et d’autres) est directement liée à la qualité des fûts utilisés lors du processus de vieillissement. Les fûts doivent être régulièrement inspectés et nettoyés afin de permettre à l’air de passer à travers le bois et d’entrer en contact avec le vin.

Pour voir comment ce métier est pratiqué, regardez cette vidéo tournée dans la vallée du Douro (en portugais)

Une autre profession qui est éteinte est celle du vendeur de journaux à la criée. Les vendeurs étaient principalement des enfants et des adolescents qui vendaient les journaux dans les rues de Lisbonne, de Porto et d’autres villes portugaises et se distinguaient par le fait qu’ils «criaient» les nouvelles les plus importantes afin de captiver les clients potentiels.

costumes portugueses
©umgrandehotel.blogspot.pt

Avec l’apparition des kiosques à journaux, les coutumes portugaises ont changé et la distribution des journaux est devenue plus simple et plus efficace.

En visitant la Praça (place) da Liberdade à Porto, vous pourrez admirer la statue d’un vendeur de journaux à la criée soutenue par une boite aux lettres de la poste portugaise (CTT).

us et coutumes portugaises
©hiveminer.com

D’autres professions sont en train ou ont déjà disparu comme c’est le cas des tisserands, des bergers, porteurs d’eau, vendeurs ambulants et bien d’autres.

Activités d’autrefois

Avec l’émergence des machines, des nouvelles technologies et le développement du tourisme, de nombreuses activités ont changé leur façon d’être pour continuer à exister. C’est le cas notamment de l’agriculture.

Pendant des siècles, les agriculteurs s’aidaient des animaux (vaches, ânes ou chevaux) pour travailler la terre ou porter la nourriture qui y était née.

Avec l’émergence des tracteurs, d’outils agricoles et d’autres machines, les méthodes traditionnelles ont été écartées et tout est devenu un peu plus rapide et moins pénible pour ceux qui travaillaient la terre. Cependant, ces méthodes traditionnelles existent encore dans les régions plus rurales et plus pauvres du Portugal.

Le développement technologique a rendu obsolètes d’autres activités, en particulier celles liées à la navigation dans certains fleuves portugais, tels que le Douro, le Vouga et le Sado.

Sur le fleuve Douro, et pendant des années, de nombreux bateaux « Rabelos » naviguaient dans ses eaux. Le but principal de ces bateaux était le transport des fûts en bois du fameux vin de Porto des vignobles situés dans le haut Douro (Alto Douro Vinhateiro) aux chais situés à Vila Nova de Gaia (ville qui fait face à Porto).

mode de vie au portugal
©ruralea.com

Plus au sud, en aval du fleuve Vouga, dans l’estuaire (Ria) d’Aveiro, c’était les Moliceiros qui naviguaient dans les eaux. Ces bateaux étaient utilisés principalement aux XIXe et XXe siècles pour cueillir le moliço (plantes aquatiques) utilisé dans l’agriculture.

us et coutumes portugaises
©marintimidades.blogspot.pt

Enfin, sur le fleuve Sado, un autre bateau a perdu de sa superbe : le galeão do sal. Comme son nom l’indique (en portugais), ce bateau servait à transporter du sel, mais aussi du riz et du liège, en particulier dans la région d’Alcácer do Sal.

us et coutumes portugaises
©olhares.sapo.pt

Après le déclin initial de ces bateaux pour le transport de marchandises, le tourisme a apporté une nouvelle vie à ces embarcations. Ces bateaux sont actuellement utilisés pour des croisières sur le fleuve Douro, visites de l’estuaire (Ria) d’Aveiro ou l’observation des dauphins sur le fleuve Sado.

Le tourisme sert également à relancer des activités avec des siècles d’histoire. C’est le cas par exemple des vendanges dans plusieurs régions du pays.

Du nord au sud du pays, des milliers de curieux viennent chaque année dans les quintas (domaines / fermes) qui produisent le vin pour vivre une expérience unique. Avant de déguster le vin, les visiteurs vont dans les vignes pour couper les grappes de raisins qu’ils mettent dans des paniers pour ensuite les transformer en vin.

Lors de mon enfance, j’ai eu la chance (à l’époque je le voyais plutôt comme une corvée…) de participer aux vendanges dans mon village et je peux vous dire que c’est une expérience à vivre au moins une fois dans sa vie. En plus de découvrir le travail qu’il y a derrière une bonne bouteille de vin, vous passerez un vrai moment de convivialité !

Prendre le tramway est une autre activité qui est devenue à la mode avec la croissance du tourisme au Portugal et surtout à Lisbonne et à Porto.

Certaines lignes de tramway ont été rouvertes dans les 2 grandes villes portugaises et conduisent les visiteurs dans un voyage dans le présent, mais aussi dans le passé à travers certains des plus beaux endroits des centres historiques des deux villes.

Musées

Afin de préserver certaines traditions et coutumes portugaises, plusieurs musées sont apparus dans tout le pays. Voici quelques musées qui représentent le mieux l’authenticité, la culture et la tradition portugaise.

Situé à Peso da Régua, le musée du Douro est un endroit idéal pour découvrir la région viticole du Haut-Douro. En visitant ce musée vous découvrirez des détails très intéressants sur la production de vin, son transport et plus encore !

visitar o Douro
©greatwinecapitals.com
  • Horaires : tous les jours de 10h00 à 18h00. Fermé le 25 décembre, le 1er janvier et le 1er mai
  • Billets : Billet individuel 6€; Billet avec déjeuner inclus dans le restaurant du musée du Douro « A Companhia » 17€. Entrée gratuite pour les enfants, jusqu’à 12 ans.
  • Site internet: http://www.museudodouro.pt

Les jeux traditionnels et populaires sont d’autres coutumes portugaises qui sont tombées un peu dans l’oubli. Les jouets traditionnels tels que la toupie en bois et les billes ainsi que des jeux comme le colin-maillard et le jeu du palet ou jeu de quilles ont été remplacés par les consoles de jeux, tablettes, ordinateurs ou smartphones.

Pour voir comment les enfants portugais jouaient il y a à peine 20 ans, visitez le musée du jouet portugais (Museu do Brinquedo Português) de Ponte de Lima.

  • Horaires : du mardi au dimanche de 10h à 12h30 et de 14h à 18h. Fermé le lundi
  • Billets : individuel 3€; famille (parents avec au moins un enfant) 6€; étudiants jusqu’à 25 ans et personnes de + de 65 ans 1,5€
  • Site internet : http://www.visitepontedelima.pt/en/tourism/portuguese-toy-museum/

À Porto, je vous invite à visiter le musée de la voiture électrique (Museu do Carro Elétrico). Vous pouvez y découvrir l’histoire de ce moyen de transport dans cette belle ville et son évolution au cours des années.

tramway porto
©commons.wikimedia.org
  • Horaires :  le lundi de 14h à 18h ; du mardi au dimanche de 10 h à 18 h. Fermé le 24 décembre après-midi, et le 1er janvier.
  • Billets : Adultes 8€ ; enfants de plus de 6 ans, jeunes adultes jusqu’à 25 ans et adultes de plus de 65 ans 4€. Entrée gratuite pour les enfants avec 6 ans ou moins.
  • Site internet : http://www.museudocarroelectrico.pt/default.aspx

D’autres musées représentent la culture, les traditions et les coutumes portugaises telles que le Musée national d’ethnologie (Museu Nacional de Etnologia), le Musée national du costume (Museu Nacional do Traje), le Musée des transports et des communications (Museu dos Transportes e Comunicações) et bien d’autres.

Vous allez visiter le Portugal ? N’hésitez pas à réserver votre hôtel et votre voiture en passant par les liens ci-dessous. Cela me permettra de continuer à vous offrir gratuitement des conseils et astuces pour visiter le Portugal. Merci !

Réservez votre hôtel ici Réservez votre voiture ici

 

Vous aimerez aussi :

  • tanque lava roupa pt
  • comment vie les portugais
  • le mode de vie des portu
  • voiture électrique portugal

À propos de Tiago

Tiago 30 ans, parisien depuis mes 12 ans, passionné de voyage j'ai voulu (re)découvrir mes origines. On dit souvent que si on ne connait pas ses origines on ne peut pas se connaitre réellement... Je profite de l'occasion pour vous faire découvrir ce pays que j’apprécie tant : Le Portugal ! Lisez la suite ici