Les vacances c’est la période la plus propice aux arnaques, car on est beaucoup plus vulnérables que dans notre vie quotidienne.

En voyage on est souvent dans un lieu inconnu et il faut penser à beaucoup de choses, comme s’orienter, découvrir les lieux, essayer de parler la langue locale et malheureusement on oublie très souvent les réglés élémentaires de sécurité.

Le Portugal, même en étant un pays sûr, a comme tous les pays son lot d’arnaques.

Pour que votre séjour au Portugal se passe sans encombre, je vais vous parler dans cet article des arnaques les plus répandues et je vous dirais comment vous pourrez vous défendre si vous y êtes confrontés.

Voici les arnaques les plus courantes au Portugal

1. Les Taxis

© wikimedia.org – Manuel Correia

Une des arnaques les plus courantes des taxis est de proposer un forfait au lieu d’allumer le compteur, en vous disant que c’est moins cher ou que le compteur est hors service. Sachez que les taxis sont dans l’obligation d’allumer leur compteur pour tout trajet effectué, s’ils refusent changez de taxi.

Une course de l’aéroport de Lisbonne ou de Porto vers le centre-ville coûte en moyenne 15€20€, il faudra ajouter à ce prix un supplément de 1.60€ par bagage transporté.

L’autre méthode pour augmenter le prix de la course est de vous faire passer par un chemin beaucoup plus long ou de vous “perdre” exprès dans les rues du centre-ville.

Avant de partir au Portugal, regardez sur Google Maps la distance et le temps moyen du trajet entre l’aéroport et votre hôtel, puis une fois dans le taxi, demandez au chauffeur, combien coûte en moyenne la course jusqu’à votre destination.

Vous pourrez ainsi vérifier si le chauffeur a l’intention de vous surfacturer !

2. Location de Voiture

© wikimedia.org – Atomic Taco from Seattle, WA, USA

Les arnaques des loueurs de voitures peuvent coûter très cher… Pour éviter de vous faire avoir, lisez bien les conditions lors de votre réservation.

Faites attention aux petits prix, ils cachent souvent de mauvaises surprises, comme c’est le cas de la location avec le réservoir vide.

Les locations avec l’option “rendre le véhicule avec le réservoir vide” sont moins chères à la réservation, mais, quand vous allez prendre votre véhicule, vous payerez le plein de carburant à un prix exorbitant, puis vous devez rendre votre véhicule avec le réservoir vide (ce n’est pas une obligation, mais vous perdrez l’argent du carburant restant dans le réservoir).

Comme vous le savez sans doute, au Portugal il existe deux types d’autoroutes, celles aux péages manuels (comme en France) et celles avec des péages électroniques.

Si vous utilisez les autoroutes à péage électroniques avec votre voiture de location, il faudra vous déplacer à la poste portugaise (CTT) pour payer les péages dus. Le problème c’est qu’il faut attendre 1 jour pour que les péages dus apparaissent dans le système et surtout que, pour se rendre dans certains aéroports (Porto, Faro), il est très difficile d’éviter ces autoroutes.

Certains loueurs profitent de ce problème pour vous facturer à prix d’or vos passages sur les autoroutes à péage électroniques.

Pour éviter les mauvaises surprises à cause des péages non payés au retour de votre séjour, lors de votre réservation ou sur place, prenez le boîtier électronique (Via Verde) disponible en option, ce qui va vous permettre de payer à la restitution du véhicule les péages électroniques. Le boitier coûte en moyenne 1.80€/jour, avec un maximum de 18€.

Pour connaitre tous mes conseils pour louer une voiture sans se faire arnaquer, lisez cet article.

3. Restaurants

© wikimedia.org – Enrique Ferrer

Au Portugal quand vous arrivez au restaurant, le serveur va automatiquement mettre les entrées (pain, beurre, petits fromages) sur votre table. Sachez que ces entrées sont payantes, autour de 2/3€ pour le pain et 1/2€ pour chaque petit beurre.

Faites attention aux abus de certains restaurants qui n’hésitent pas à mettre des entrées bien plus chères et qui vous facturent les entrées non consommées. Si vous ne voulez pas d’entrées, prévenez le serveur dès qu’il arrive avec les entrées ou demandez le prix s’il n’est pas affiché sur la carte.

Information : pour éviter des malentendus avec les voyageurs qui n’ont pas l’habitude de cette coutume portugaise, de plus en plus de restaurants dans les lieux touristiques ne servent plus d’entrées sans que le client le demande.

Une autre arnaque répandue dans certains restaurants, c’est d’attirer les clients avec des menus à l’extérieur à bas prix, puis une fois à table le serveur vous propose des plats “typiques” ou “du jour”. À la fin du repas, vous vous rendez compte que les prix de ces plats sont beaucoup plus chers que ceux que vous aviez vus.

Conseil : quand on vous propose des plats que vous n’avez pas vu le prix, demandez toujours au serveur combien coûte chaque plat ou demandez qu’il vous montre le plat dans le menu.

Quand vous visiterez des lieux très touristiques, évitez de manger dans les restaurants avec des rabatteurs, c’est souvent le signe d’un restaurant de qualité moyenne avec des prix plus importants que la normale.

4. Cartes Visa/MasterCard

© wikimedia.org – Lotus Head from Johannesburg, Gauteng, South Africa

Pour éviter de payer des commissions excessives, beaucoup de petits commerçants (restaurants, coiffeurs, petites boutiques, etc.) n’acceptent pas les cartes Visa / MasterCard étrangères.

En règle générale vous verrez à l’entrée de l’établissement les cartes bancaires acceptées. Quand les cartes bancaires étrangères sont refusées, vous verrez le logo MasterCard ou Visa avec une croix rouge et à côté le logo Multibanco, le réseau de paiement portugais qui est accepté partout ou presque.

Quand le logo Multibanco a une croix rouge, cela veut dire que le commerçant n’accepte aucune carte bancaire. Quand c’est le cas, en plus de ne pas vouloir payer de commission pour chaque vente, il y a de fortes chances que le commerçant ne souhaite pas déclarer tous ses revenus à l’état portugais…

Sachez qu’au Portugal, tous les commerçants sont dans l’obligation de demander au client s’il souhaite une facture, s’ils ne le font pas, ils risquent une forte amende en cas de contrôle. La question que le commerçant va vous poser est si vous souhaitez le “número de contribuinte” ou “NIF” (c’est le numéro fiscal portugais).

Si vous répondez par l’affirmative, il faudra donner votre número fiscal portugais (pour ceux qui habitent au Portugal), ou celui de votre entreprise (portugaise ou étrangère). Pour les particuliers qui habitent à l’étranger, cela ne sert à rien de donner son numéro fiscal, car il ne peut pas être comptabilisé.

Conseil : pour éviter tout problème lors d’un paiement, ayez toujours un peu d’argent liquide sur vous, 50€ – 100€ suffisent et s’il vous en faut plus, retirez juste avant vos achats dans un des nombreux distributeurs automatiques de billets.

Depuis 2015, il existe deux réseaux de distributeurs automatiques de billets au Portugal : le réseau portugais Multibanco et Euronet.

Si vous avez une carte de crédit (c’est marqué sur la face avant de la carte bleue), privilégiez les DAB du réseau portugais Multibanco, car en utilisant Euronet vous payerez une commission pour chaque retrait (après la saisie du code et du montant souhaité, le distributeur vous informera le montant de la commission – vous pouvez annuler l’opération à ce moment-là).

En utilisant le réseau Multibanco pour retirer de l’argent vous ne payerez jamais de commission (vérifiez tout de même auprès de votre banque, si vous devez payer une commission dans la zone euro).

Information : Lors du paiement des péages, il arrive que les cartes étrangères soient refusées (surtout dans les péages automatiques (sans personnel). Ayez toujours de la monnaie sur vous et/ou des billets de 10 ou 20 euros.

5. Pickpockets

© wikimedia.org – Paris 16

Comme dans tous les pays, les lieux touristiques portugais sont très prisés par les pickpockets, surtout dans les transports en commun bondés, comme les tramways de Lisbonne et Porto.

Pour éviter tout problème, évitez d’avoir beaucoup d’argent liquide sur vous, des biens de grande valeur (bijoux, montres chères, etc.), ne mettez jamais votre porte-monnaie dans la poche arrière de votre pantalon et ne laissez jamais votre sac à main ouvert.

En plus des pickpockets portugais, ces dernières années il y a un afflux de voleurs internationaux (surtout en été), dans la plupart des cas, ce sont les mêmes réseaux qui sévissent à Paris, Madrid, ou Barcelone.

En plus des transports en commun, les voleurs ciblent les voitures avec une plaque étrangère ou celles qui sont louées (il y a toujours un autocollant faisant la publicité du loueur…). Il est donc très important de ne pas laisser d’objets de valeur dans votre voiture.

Avant votre départ faites toujours une photocopie de vos papiers et mettez-les sur votre boite email, Dropbox ou Google Drive, ce qui va vous permettre de prouver votre identité à l’étranger et vous évitera bien de problèmes.

Un autre type d’arnaques c’est la vente de billets à prix réduit pour les matchs de foot, musées ou monuments. Achetez toujours vos billets dans les billetteries officielles ou sur internet.

Information : Les pickpockets sévissent surtout dans la région de Lisbonne, Porto et l’Algarve en été. Même si le risque zéro n’existe pas, partout ailleurs au Portugal, il y a très peu de chances de devoir faire face aux pickpockets.

Comment se défendre quand on est confronté aux arnaques au Portugal

Vous êtes victime d’une arnaque / vol de la part d’un particulier (pickpocket) ?

Il faudra aller au commissariat le plus proche de la PSP (police) ou GNR (gendarmerie – en dehors des grandes villes) pour porter plainte.

Malheureusement, dans beaucoup de cas, la police n’arrive pas à trouver le voleur, mais il faut quand même porter plainte pour vous faire rembourser les biens volés par votre assurance.

Je sais que c’est découragent d’aller porter plainte en se disant qu’il y a peu de chances que le voleur se fasse attraper, mais il faut quand même y aller pour que la police puisse monter un dossier, connaitre le mode opératoire et commencer à surveiller la zone où le vol a eu lieu.

Vous êtes victime d’une arnaque de la part d’une entreprise (restaurant, loueur de voitures, etc.) ?

Si vous n’êtes pas content d’une prestation de service, d’un produit acheté ou vous êtes victime d’une arnaque de la part d’une entreprise, vous pouvez vous défendre grâce au livret des réclamations (Livro de Reclamações ou Complaints Book en anglais).

Toutes les entreprises au Portugal qui reçoivent des clients (restaurants, bars, banques, loueurs de voitures, la poste, etc.) ont pour obligation d’avoir le “Livro de Reclamações” dans leur établissement.

La première étape en cas de litige est d’informer l’entreprise de votre mécontentement pour que le problème soit résolu. Si après cette première tentative, le résultat n’est pas concluant, demandez le “Livro de Reclamações“.

Dans beaucoup de cas, l’entreprise va essayer de trouver une solution amiable (elle risque une forte amende de la part du régulateur de son secteur d’activité). Parfois, il n’y a pas d’entente possible et il faut faire une réclamation.

Sachez que l’entreprise est dans l’obligation de vous fournir le livret des réclamations. En cas de refus, vous pouvez appeler la police pour que le livret vous soit faculté.

Il faudra ensuite remplir le formulaire en portugais ou en anglais (je vous explique plus bas, comment le faire sur internet). Le formulaire dispose de 3 feuilles, une pour vous, une autre pour que l’entreprise l’envoie au régulateur de son secteur d’activité et une autre qui reste dans le livret des réclamations pendant 3 ans.

Si vous avez peur que l’entreprise n’envoie pas le document (elle a 10 jours pour le faire), vous pouvez envoyer une photocopie de votre exemplaire à l’adresse du régulateur du secteur de l’entreprise en cause. L’adresse et le nom se situent sur le “Livro de Reclamações”.

Si vous ne parlez pas le portugais ou l’anglais et que vous n’habitez pas au Portugal, je vous conseille de faire votre réclamation sur internet, cela vous permettra de le faire au calme depuis votre hôtel ou même à votre retour dans votre pays.

Avant de quitter l’établissement, essayez de trouver une solution à l’amiable et n’hésitez pas à informer l’entreprise que vous comptez porter plainte.

En partant, vérifiez bien que vous êtes en possession de la facture pour pouvoir faire la réclamation sur internet.

Une fois à la maison ou à votre hôtel, allez sur le site https://www.livroreclamacoes.pt/

Cliquez sur “Fazer reclamação” ou “Make Complaint” si vous avez mis le site en anglais.

Insérez votre email 2 fois et après avoir coché la case “Não sou um robot” ou “I’m not a robot” cliquez sur “Submeter” ou “Submit”.

Vous allez ensuite recevoir un email avec plusieurs liens. Cliquez sur le premier lien pour valider votre compte et pouvoir faire votre réclamation.

Insérez ensuite votre prénom (Nome próprio), votre nom (Apelido) et dans “Tipo de documento“, sélectionnez votre document d’identification : “carta de condução” (permis de conduire) ou “ID estrangeiro” (Pièce d’identité étrangère) ou “Passaporte estrangeiro” (passeport étranger).

Dans “Número do documento” insérez le numéro de votre document (permis, pièce d’identité ou votre passeport). Cliquez ensuite sur “Não” à la question “Tem NIF português”.

Cette question apparait seulement si vous insérez un numéro d’un document étranger. Si vous avec un document d’identité portugais, il faudra en plus, insérer le NIF (numéro fiscal portugais).

Dans “País” choisissez votre pays (ex : França pour France). Insérez ensuite votre adresse postale. “Arruamento” (rue), “código postal“(code postal), “Localidade” (ville).

À la question “Pretende indicar uma morada relativa ao fornecimento do serviço” cochez “Sim” si vous souhaitez ajouter l’adresse où la prestation de service a eu lieu. Sinon, cochez “Não“.

Insérez ensuite, votre nº de téléphone fixe ou mobile et cochez la case “Autorizo que os dados de Residência e de Contactos sejam facultados ao fornecedor” si vous autorisez que votre adresse postale soit communiquée à l’entreprise avec laquelle vous avez le litige. Cela permettra à l’entreprise de vous répondre directement (cette case n’est pas obligatoire). Cliquez ensuite sur “Seguinte“.

Dans la deuxième étape, il faut insérer dans “Pesquisa do fornecedor” le nom de l’entreprise qui figure dans la facture pour que le système fasse une recherche.

Attention : il ne faut pas insérer la marque, mais bien le nom de l’entreprise. Exemple : la marque c’est McDonald’s, mais le nom de l’entreprise qui figure sur la facture est différent. Pour éviter de vous tromper, cliquez sur “Avançada” sur la droite de “Pesquisa do fornecedor” et insérez le NIF (numéro fiscal de l’entreprise) présent dans la facture, puis cliquez sur la loupe.

Information : sur la facture, dans la plupart des cas, vous verrez NIPC et ensuite un número. C’est ce número qu’il faut insérer dans “NIF” sur le formulaire.

Le système va afficher un résultat, il faudra cliquer dessus pour passer à l’étape suivante. Dans “Setor de atividade / Entidade reguladora / Fiscalizadora” vous allez choisir le régulateur du secteur d’activité de l’entreprise en cause. En règle générale il n’y a qu’une option.

Cliquez ensuite sur “Seguinte” pour passer à l’étape suivante. Sur la page suivante, dans “Assunto/Motivo Principal” il faudra choisir la raison de votre plainte.

Les options qui apparaissent varient d’un secteur à l’autre. Il m’est donc impossible de traduire toutes les options. Ce que je vous conseille de faire, si vous ne parlez pas portugais ou anglais c’est d’ouvrir dans un nouvel onglet le site Google Translate et de traduire chaque mot pour savoir quelle option choisir.

Dans “Motivo” il faudra spécifier encore plus la raison de votre mécontentement (traduisez chaque option comme expliquée au-dessus). Puis dans “Reclamação” vous devez expliquer avec un maximum de 2 000 caractères votre problème.

Conseil : Essayer d’être le plus concis possible et d’écrire au maximum 1000 caractères. Ainsi vous pourrez copier votre texte en français sur Google Translate et le traduire en anglais ou portugais, puis le coller en dessous de votre texte original.

Dans “Reclamação associada” insérez le numéro de la réclamation effectué précédemment, si c’est une nouvelle plainte associée à un problème déjà signalé.

Je vous invite à ajouter dans “Anexos” (ce n’est pas obligatoire, mais c’est un plus) une copie de votre facture, de votre contrat de location, ou autre document qui facilitera la compréhension du problème.

À l‘étape 4, vous allez avoir un résumé de votre plainte. Une fois que vous avez vérifié les informations, cliquez sur “Submeter”.

Il faudra ensuite attendre quelques jours pour que vous obteniez une réponse de la part de l’entreprise en cause. Si après votre réclamation, le problème n’est pas résolu, l’entité qui régule le secteur va analyser votre plainte et s’ils remarquent qu’il y a une faute de la part de l’entreprise, ils vont l’infliger une amende.

Si à un moment il y a une phrase qui je n’ai pas traduite ou que le formulaire a changé, je vous invite à insérer la phrase sur Google Translate.

En lisant ces lignes, vous devez vous dire que c’est fastidieux de faire une réclamation, surtout si on ne parle pas portugais, mais prenez quelques minutes pour vous défendre. Si toutes les personnes qui sont victimes portent plainte, les entreprises qui abusent de leurs clients vont devoir changer leurs pratiques ou fermer !

Si après avoir fait votre réclamation, vous avez besoin d’aide pour comprendre la réponse de l’entreprise ou de l’entité qui régule le secteur, n’hésitez pas à me contacter sur la page contact.

Vous allez visiter le Portugal ? N’hésitez pas à réserver votre hôtel, votre voiture, votre billet d’avion et vos activités en passant par les liens ci-dessous. Cela me permettra de continuer à vous offrir gratuitement des conseils et astuces pour visiter le Portugal. Merci!

Réservez votre hôtel ici Réservez votre voiture ici Réservez votre billet d’avion ici

Vous aimerez aussi :